Café: le Vietnam compte devenir le leader mondial

café

Le Vietnam est aujourd’hui le second exportateur mondial de café. Face aux évolutions des modes de consommation, il réorganise sa production vers plus de naturalité et de services. Les enzymes produites par fermentation en milieu solide (FMS) sont utilisées lors du démucilage, comme alternatives naturelles à l’extraction par solvants. Des coffee shops hauts de gamme se créent, sur le modèle des « Starbucks ».

Production du Café : un objectif de développement durable

L’initiative consiste à faire évoluer la production vers une solution de marché équitable et/ou bio. L’obtention de produits certifiés rendue possible par la réduction des intrants, l’optimisation de l’usage de l’eau et des terres est désormais une véritable différenciation. Cette démarche qualitative qui réorganise et forme les petits producteurs vers plus de qualité leur permet de se positionner sur des marchés plus hauts de gamme. La qualité se valorise mieux, ce critère est donc le leitmotiv pour gagner en niveau de vie, sans laisser pour compte les minorités.

Extraction du café : les enzymes préservent la naturalité

La production Vietnamienne était orientée en grande partie vers le marché britannique consommateur de café soluble (expresso, cappuccino…), de type robusta. Ce type de consommation lui a permis de devenir en à peine 30 ans le deuxième producteur mondial de café. L’apparition et le fort développement mondial des coffee shops ont toutefois changé la donne en privilégiant les arômes et les terroirs. Ces lieux de dégustation haut de gamme achètent des grains d’arabica et s’assurent de leur qualité gustative en les torréfiant eux-mêmes. Pour répondre à ces attentes environnementales et gustatives, les coopératives de producteurs vietnamiens ont souhaité s’assurer de la préservation des composants aromatiques à la source. La substitution des technologies à base de solvants lors du démucilage des grains de café par celles des enzymes produits par FMS leur a permis de changer leur image et de se positionner sur la naturalité et la préservation des arômes.

S’adapter aux nouveaux modes de consommation du café

La plupart des grains sont exportés sous forme de grains de café verts et ne sont ni torréfiés ni conditionnés au Vietnam. La valeur ajoutée se fait dans les pays torréfacteurs. Au-delà de l’usage des enzymes produites par Fermentation en milieu solide, certaines coopératives et producteurs souhaitent désormais aller plus loin. Le Vietnamien Dang Le Nguyen Vu, à l’instar de « Starbucks » propose désormais avec ses « Highlands coffee » sa propre chaîne de coffee shops haut de gamme à Hanoï. Son ambition est de convaincre le marché américain puis de conquérir le marché mondial.

Sources :
How Vietnam became a coffee giant By Chris Summers BBC News

voir également :
Pu’er (普洱) la capitale chinoise du thé adopte une nouvelle culture : le café

Chine, lait contaminé en provenance de Nouvelle-Zélande

Usine

Depuis l’affaire du lait contaminé à la mélamine en 2008, la Chine recourt largement à l’importation de lait infantile de l’étranger ; 90 % de son lait importé provient de Nouvelle Zélande.

Fonterra basée en Nouvelle Zélande est l’une des plus grosses compagnies laitières au niveau mondial. En 2008 elle possédait 43 % des parts dans Sanlu la société incriminée dans le scandale du lait à la mélamine. Aujourd’hui Fonterra tire environ 14 % de ses revenus du marché chinois. Fonterra possède déjà des fermes en Chine dans la province du Hebei. Elle envisage la construction d’une unité de production Ultra Haute Température dans cette province et la commercialisation des produits sous sa propre marque.

Le 3 août dernier, Fonterra annonçait la contamination par Clostridium Botulinum de 3 lots soit environ 38 tonnes de protéines de lactosérum WPC80. Ces 3 lots proviendraient tous du site de fabrication de Hautapu en Nouvelle Zélande.
Clostridium Botulinum est la bactérie responsable du botulisme une maladie grave qui se caractérise par une paralysie des muscles et du système respiratoire pouvant entraîner la mort.

La contamination aurait été provoquée par un tuyau sale sur le site de fabrication. Si cela était avéré il s’agirait d ‘une sérieuse faille dans le processus de qualité.

Dans un communiqué du 3 août Fonterra annonce qu’aucuns produits commercialisés sous ses propres marques ne seraient contaminés. Toutefois 8 de ses clients sont concernés. Fonterra se refuse à communiquer le nom de ces sociétés, leur laissant le soin de gérer elles-mêmes la situation.

Selon les autorités chinoises, quatre importateurs chinois sont concernés : Hangzhou Wahaha Health Food Co., Ltd., Hangzhou Wahaha Import & Export Co., Ltd., Shanghai Tangjiu (Group) Co., Ltd. et Dumex Baby Food Co., Ltd. (basée à Shanghai).
Bien que ces produits ne soient pas importés officiellement en Chine, l’administration chinoise a également lancé une alerte pour les produits Nutricia Karicare qui auraient pu entrer par d’autres voies.

De la poudre contaminée a également été exportée en Australie, Malaisie, Arabie Saoudite, Thailande et Vietnam.

Coca Cola Chine aurait également reçu des produits contaminés pour la fabrication de ses « Minute Maid Pulpy Milky » Toutefois le process de fabrication et le pH acide du produit ne permettent pas à la bactérie de survivre. Par mesure de précaution la firme a néanmoins décidé de rappeler tous les lots de produits concernés.

À ce jour, il n’a pas encore été signalé de cas de botulisme déclaré.
Dans un communiqué de presse du 4 août 2013 Fonterra annonce également que des produits de remplacement du lait pour l’alimentation animale NZAgbiz seraient aussi contaminés.

Une gestion de crise basée sur le calendrier

Les lots incriminés ont été fabriqués en mai 2012, les premières alertes d’une contamination possible remontent à mars 2013 et il faudra attendre le 31 juillet 2013 pour en avoir la confirmation.
Les délais imposés par les méthodes modernes d’identification ne permettent pas d’expliquer de telles durées et les explications fournies lors de la conférence de presse du 3 août ne convainquent pas.
Ne faudrait-il pas y voir plutôt une gestion de crise basée sur le calendrier ?
En effet en annonçant la contamination le 3 août, veille des vacances, la société néozélandaise bénéficie de 15 jours de léthargie en Europe pour voir la crise se dégonfler.
En octobre 2008, alors que nous rentrions d’une mission d’intelligence économique en Chine, nous avions tenté de convaincre nos clients laitiers sur les opportunités qui s’ouvraient sur le marché des laits infantiles en Chine. En 2013 sauront-ils tirer partie de la situation ou céderont-ils à nouveau la place à leurs homologues néozélandais ?

La Chine réorganise son système de sécurité alimentaire

Usine

Après les scandales du lait à la mélamine, du porc au clenbuterol ou des carcasses de porcs retrouvées dans la rivière Huangpu, le problème de la sureté alimentaire revêt une importance toute particulière en Chine. Le sujet a été évoqué lors de l’APN (Assemblée populaire nationale de Chine, parlement chinois). Le gouvernement chinois a procédé à une réorganisation de son système de sécurité alimentaire.

Création de l’Administration nationale des produits alimentaires et pharmaceutiques

Bien que la Chine ait accentué la supervision de la sécurité alimentaire par le biais de législation et d’inspections au cours des cinq dernières années, les rapports d’experts ont relevé que la dispersion des contrôles dans des départements différents constituait une faille dans le système.
Regrouper sous un même toit diverses agences gouvernementales pour l’alimentation et les médicaments, l’Administration nationale des produits alimentaires et pharmaceutiques, permettra de réduire ce problème.
La future administration aura pour tâche d’effectuer une surveillance unifiée de la sécurité et de la qualité des aliments et des médicaments au cours de leur production, de leur circulation et de leur consommation. Afin de renforcer son autorité, le gouvernement l’a dotée d’un statut ministériel.

Experts et politiques continuent néanmoins de réfléchir.

dépêche xinhua : La Chine élèvera le statut de l’Administration nationale des produits alimentaires et pharmaceutiques 

<a

Pu’er (普洱) la capitale chinoise du thé adopte une nouvelle culture : le café

café

La province du Yunnan (云南) située au sud de la Chine est voisine du Vietnam, deuxième producteur mondial de café derrière le Brésil.

Pas étonnant que les conditions climatiques de cette province réputée pour son thé soient donc propices à la culture du café.

La province du Yunnan, réputée pour son thé, est elle en passe de devenir une région de caféiculture ?

Nestlé a débuté le développement du café dans la province du Yunnan en 1988. L’entreprise s’est vue récompensée par un World Business and Development Award décerné la veille de la Conférence des Nations Unies en matière de Développement Durable Rio+20, à Rio de Janeiro (Brésil).

Le reportage de la télévision centrale de Chine réalisé à Pu’er indique que si la culture du café est appelée à se développer il n’est pas question de voire disparaître celle du thé qui a fait la réputation de cette région. Les amateurs de thés shengchashuchatuo cha et pu’erpeuvent donc se rassurer, ils pourront continuer à apprécier leur boisson favorite suivant la méthode du gongfu cha bien sur.

Danone réalise plus de la moitié de ses ventes dans les pays émergents

L’économie européenne et ses industries agro-alimentaires qui ne visent que le marché intérieur ou européen sont à la peine. Danone aborde toutefois 2012 avec sérénité, car le groupe a atteint l’an passé ses objectifs de croissance grâce à de bonnes performances dans les pays émergents, où le groupe réalise plus de la moitié de ses ventes.

Danone est le numéro un mondial des produits laitiers frais et de l’eau en bouteille. Le groupe est également présent dans la nutrition infantile et médicale, grâce à la vente il y a quatre ans de ses activités de biscuits à Kraft Foods pour 5,3 milliards d’euros. Il avait pu ainsi racheter les activités de nutrition médicale et infantile du néerlandais Numico, en lançant une OPA de 12,3 milliards d’euros.

À la question posée lors de la conférence de presse (février 2012), sur le rachat des activités de la nutrition infantile de Wyeth, que Pfizer envisage de céder, Franck Riboud s’est refusé à tout commentaire. Il s’est montré toutefois intéressé par des actifs qui viendraient consolider le portefeuille du groupe, et a ajouté que Danone avait «la capacité à réaliser des acquisitions mais pas aussi structurante que celle de Numico». La division lait infantile de Wyeth, serait valorisée selon certains analystes entre huit et 10 milliards de dollars. Le groupe Nestlé est également régulièrement cité dans la presse comme candidat potentiel à ce rachat.

Danone, dont les marques les plus connues sont les yaourts Activia, les yaourts grecs Oikos* aux États-Unis et les eaux Evian, a enregistré en 2011 un chiffre d’affaires 19.318 millions d’euros, soit une hausse 7,8% en données comparables, dont 15,7% dans les eaux tandis que son bénéfice net courant s’est chiffré à 1.749 millions. Danone reste donc confiant pour 2012 et envisage pour cette année une croissance de son chiffre d’affaires de 5% à 7%, en données comparables même si ses hypothèses pour les tendances de consommation en Europe de l’Ouest restent peu optimistes avec une prévision d’une hausse des matières premières de l’ordre de de 5% .

Aux Etats-Unis, le segment du yaourt grec est le principal moteur de croissance. Avec l’émergence du yaourt grec, la marque Oikos a connu une croissance supérieure à 50 % l’an passé. Elle a pris plus de 30 % de la catégorie en deux ans.

”Source agence Reuters Paris selon conférence de presse Février 2012 de Franck Riboud”