Fête des lanternes, Rennes vibre avec la Chine

Fidèle à sa longue tradition d’amitié avec la Chine, la capitale bretonne fêtait ce week-end la fin des cérémonies du nouvel an chinois.

Après la reconnaissance, par le général De Gaulle, de la République Populaire de Chine, en 1964, Rennes est la première ville de France à accueillir des étudiants chinois*. Dès 1965, la Bretagne et la province du Shandong où se trouve encore le palais de Confucius, dans la ville de Qufu, signent des accords de collaboration. Ce sont les premiers accords de jumelage entre la ville de Jinan, la capitale du Shandong et Rennes, et la constitution d’un comité de jumelage qui vont permettre les premiers échanges. Presque 50 ans plus tard, quelques-uns de ces étudiants, qui pour certains ont été appelés à de hautes responsabilités en Chine sont toujours en relation avec les étudiants français d’alors qui les avaient accueillis.

Les étudiants chinois à Rennes, une communauté importante.

Aujourd’hui, un grand nombre d’étudiants chinois viennent à Rennes pour poursuivre leurs études. En 2009, les chinois sont de plus en plus nombreux (+ 7,2 %) et ils constituent le second contingent d’étudiants étrangers en France (29 100 en 2009)**. Les premiers étudiants chinois viennent pour étudier la littérature et la culture française, comme l’avaient fait dans les années vingt, Deng Xiaoping, considéré comme le père du développement économique de la Chine et Zhou Enlai, révéré du peuple chinois. Aujourd’hui, nos universités et écoles, moins chères que leurs consœurs américaines, leur offrent des diplômes valorisants principalement en sciences et en économie.

Les bretons apprennent le mandarin.

À l’inverse, les Bretons manifestent un grand intérêt pour la culture et la langue chinoise. À Rennes, Il est désormais possible d’apprendre le mandarin à l’école, à l’université ou à l’Institut Confucius. En 2013, l’Institut avec ses associations sœurs a organisé, une grande semaine pour faire connaître cette culture millénaire dans tous les domaines de l’art : calligraphie, peinture, musique, cinéma, architecture et des traditions festives et populaires qui se poursuivent et se réinventent aujourd’hui.

La semaine chinoise à Rennes.

De nombreuses activités ont émaillé cette « semaine chinoise à Rennes »***, pour les plus petits comme pour les plus grands. La Bibliothèque de Bourg Levesque a proposé aux calligraphes en herbe, sous l’œil bienveillant du peintre calligraphe Wang Chenyu, des ateliers de découvertes. L’Orchestre Symphonique de Bretagne a offert, sous la conduite de son nouveau chef Darell Ang le concert « Adieu le dragon » avec l’ensemble Jing Ying et le violoniste Kong Zhao dans le très bel opéra de Rennes. Une surprise attendait le public : le premier dragon lumineux d’Europe investissait l’opéra, cette très belle et vénérable maison, aujourd’hui ouverte à tous.

Enfin, ce samedi 23 février, qui coïncide pratiquement avec la fin du nouvel an chinois et la fête des Lanternes (21 février), une foule immense a accompagné dragons et lions, sous le son des tambours, cymbales et gongs. De la Place Saint-Anne, à la place de la Mairie en passant par la rue Le Bastard, les enfants et les parents ont pu apprécier leurs performances acrobatiques et parfois leurs facéties.

Un marché de rue était proposé par les étudiants chinois et chacun a pu goûter et apprécier la grande richesse de cette cuisine. Le thé était également à l’honneur, comme la peinture, où sous le pinceau de Wang Chenyu ont écloses de magnifiques pivoines subtiles et flamboyantes, symboles de prospérité pour cette nouvelle année.

Quand, au centre du cœur historique de Rennes, dans cette ville du XVIIIe  siècle, construite à l’époque des lumières, deux grandes cultures se rejoignent, puissent-ils exister des points de rencontre, qui favorisent des échanges fructueux et prospères pour cette nouvelle année.

bibliographie :

In note d’information – Octobre 2008

voir le site : Semaine chinoise

archives INA : Les étudiants chinois à Rennes